Le gouvernement du Québec a l'intention d'interdire la plupart des produits de consommation de cannabis (y compris les brownies) – Accessoires Jardin

1556529865612

Les produits comestibles à base de cannabis (c’est-à-dire les brownies au pot et plus) devraient être légalisés au Canada plus tard cette année, mais la plupart d’entre eux ne seront pas disponibles au Québec.

Le gouvernement du Québec (dirigé par François Legault) a révélé mercredi le nouveau projet de règlement sur la vente de produits à base de marijuana dans la province. Selon Bloomberg, tout produit «attrayant pour les mineurs» sera interdit. Cela signifie que tout produit sucré tel que le chocolat, la crème glacée, les bonbons et les produits de boulangerie seront bannis des rayons des dispensaires au Québec.

Le même ensemble de réglementations interdit également les additifs qui altéreraient l'odeur ou la saveur des produits à base de cannabis. En fait, cela signifie qu'aucun type d'arôme ou de colorant ne peut être ajouté aux produits vendus illégalement.

Bien que le cannabis récréatif ait été légalisé au Canada en octobre 2018, les produits comestibles et certains autres produits n'étaient pas autorisés à ce moment-là. Le gouvernement fédéral prévoit d'autoriser une gamme d'autres produits tels que les produits comestibles et les produits topiques en octobre de cette année, mais les provinces pourraient réglementer davantage ces produits.

Une déclaration du ministère de la Santé du Québec justifiant les interdictions affirmait que les règles fédérales sur les produits alimentaires et autres produits à base de cannabis étaient trop laxistes.

Le plan du gouvernement de la CAQ ne prévoit pas une interdiction totale des produits alimentaires, rapporte CBC: il semble couvrir principalement les produits préparés tels que les sucreries ou les brownies, tandis que certains produits tels que les huiles alimentaires et le beurre qui ne plaisent pas aux enfants seront autorisés.

L’interdiction identifie spécifiquement les produits sucrés, ce qui implique que les produits salés peuvent être autorisés, ce qui permet au détaillant québécois du cannabis, la SQDC, de vendre au moins certains produits alimentaires. Toutefois, les règles relatives aux arômes ajoutés dans les produits à base de cannabis peuvent également être un obstacle. Des denrées alimentaires telles que des soupes ou des sauces chaudes infusées de mauvaises herbes pourraient bien être bloquées par cette règle supplémentaire. Dans tous les cas, tout produit tel que le beurre qui pourrait être autorisé sera limité à 10 milligrammes de THC par paquet.

Il n’est pas surprenant que le CAQ ait décidé d’interdire la plupart des produits alimentaires de la province - le gouvernement s’est montré disposé à imposer les règles les plus strictes du pays en matière de consommation de cannabis, par exemple, avec l’intention de porter l’âge du consommateur à 21 ans au Québec. (Une tentative visant à interdire toute consommation de cannabis dans tous les espaces publics a également été proposée, mais a été abandonnée par la suite, bien que certaines municipalités aient mis en place leurs propres interdictions.)

En tout état de cause, tous les produits alimentaires qui auraient pu être autorisés sur le marché québécois auraient été produits à une échelle assez industrielle, de sorte que le détaillant de marijuana appartenant au gouvernement de la province puisse les stocker dans tous ses magasins. Cela signifie que les produits comestibles «artisanaux» à base de mauvaises herbes, comme ceux vendus dans des endroits comme Denver, au Colorado, n'auraient probablement jamais le feu vert. De plus, toute entreprise de ce type au Canada aurait besoin d'un permis fédéral pour travailler avec des produits à base de cannabis, par rapport à un seul permis délivré au niveau municipal à Denver.

Ces règles sur les permis fédéraux signifient que même dans les autres provinces, les produits comestibles seront probablement limités aux dispensaires - ce qui signifie que les dîners intempestifs centrés sur les mauvaises herbes (par exemple) ne seraient pas légalement autorisés à se produire sans un permis assez lourd.

Quoi qu'il en soit, les nouvelles règles sur les produits comestibles devraient entrer en vigueur le 17 octobre. Des produits comestibles seront commercialisés dans les autres provinces au cours des semaines qui suivront. Quant aux Québécois, vous feriez mieux de vous habituer à confectionner vos propres bonbons au cannabis à la maison.

Le premier aspect à prévoir pour se décider son parasol est bien sûr la superficie à sécuriser du soleil. S’agit-il de protéger la table à l’heure des repas, d’ombrager une zone de convivialité, ou de farniente ? Disposez-vous d’un petit balcon ou d’une grande terrasse ? Des interrogations déterminantes, surtout pour choisir la forme de votre parasol. Car il faut que le parasol ait la forme adaptée et soit suffisamment grand pour protéger la totalité de la superficie concernée. On parle alors ' d’envergure ' ou de ' surface d’ombrage '. A titre d’exemple, un parasol carré de 4 x 3 mètres de côté dispose d’une surface d’ombrage de 12 metre carre.