Formulaire DEFA14A MARQUES D'AMERICAN OUTDOOR – Jardin, Piscine

1556529910386

American Outdoor Brands Corporation («AOBC» ou la «société») soumet la présente
renseignements en réponse à l'avis de sollicitation d'exemption daté du 9 septembre 2019, déposé nominalement par les sœurs des Saints Noms de Jésus et de Marie (le «promoteur»), mais avancé par
organisations internationales non actionnaires, principalement le Centre interconfessionnel pour la responsabilité des entreprises («ICCR»).

La question posée à nos actionnaires est de savoir si AOBC devrait ajouter à ses politiques exhaustives en matière de gouvernance d'entreprise une politique vague de «droits de l'homme».
sur la base des principes directeurs des Nations unies relatifs aux entreprises et aux droits de l'homme (les «principes directeurs des Nations unies») qui imposeraient - selon le promoteur - l'obligation de remédier aux «impacts sur la société», que la
La société a l'obligation légale de le faire. Tel qu’expliqué dans les documents supplémentaires définitifs de la société déposés auprès de la SEC le 12 septembre 2019, la société applique déjà des politiques conçues pour faire face aux risques de son entreprise, et
participe à de nombreux programmes de sensibilisation de la communauté pour atténuer les dommages causés par l'utilisation abusive et illégale d'armes à feu. Ces politiques et programmes sont spécifiques, éprouvés et surtout adaptés aux activités d’AOBC.

Contrairement aux politiques et aux programmes de la société, les actionnaires constateront, à la lecture des documents déposés par le promoteur, qu’ils sont basés sur
«Croyances» du promoteur et ne sont étayées par aucune donnée. Comme il l’avait fait l’année dernière, le promoteur continue de prétendre que «l’analyse des activités et des opérations d’AOBC sous l’angle des droits de la personne» permettrait à la société de:
mieux gérer le risque de réputation, mais le promoteur n’a même jamais cherché à analyser les résultats du programme de surveillance que la société a mis en place et mène actuellement à la demande de ce dernier.

Comme nous le verrons dans notre réponse plus détaillée ci-dessous, le promoteur avance de nombreux arguments, dont aucun n’identifie un quelconque échec de la société actuelle.
politiques et pratiques en matière de gouvernance, ou d’abus dans les pratiques commerciales de la Société qui justifieraient la nécessité d’adopter un régime de droits de l’homme du type prescrit par les Principes directeurs de l’ONU.

En résumé, même si la société n’est pas opposée à la défense des droits de l’homme, elle a montré qu’elle valorisait la diligence raisonnable et utilisait déjà
processus de diligence raisonnable robuste, le promoteur demande aux actionnaires d’adopter, de crainte, le régime des droits de l’homme prescrit par les Principes directeurs de l’ONU, qui est inutile, surchargé et risque de causer un préjudice considérable à la valeur pour les actionnaires. Pour ces
raisons, la proposition n’est pas dans l’intérêt de nos actionnaires et votre conseil d’administration recommande vivement de voter «CONTRE» la proposition.

Politiques des droits de l'homme et diligence raisonnable

Argument du promoteur

Politique des droits de l'homme et due
Les entreprises ont largement recours à la diligence pour réduire les risques et assumer leur responsabilité de respecter les droits de l'homme.

Ce que les actionnaires devraient
Savoir

Cet argument détourne indûment l'attention de la question présentée. Le promoteur ne cherche pas simplement à adopter et à mettre en œuvre un
politique des droits de l'homme, telle qu'une simple déclaration adoptée par certaines entreprises selon laquelle une entreprise soutient les droits de l'homme. Le promoteur cherche plutôt quelque chose de beaucoup plus spécifique - une politique qui exige AOBC, une entreprise dont les activités et les ventes sont presque
aux États-Unis, d’adopter un ensemble très spécifique d’obligations liées aux principes directeurs de l’ONU. Ces principes sont énoncés dans près de 130 pages d'exigences et d'interprétations publiées par les Nations Unies.

Le promoteur utilise seulement trois entreprises de premier plan pour étayer son affirmation selon laquelle ces politiques sont largement utilisées par les entreprises. La vérité est que la majorité des
les entreprises n'ont pas de politique en matière de droits de l'homme et la très grande majorité d'entre elles n'ont pas de politique incorporant les principes directeurs de l'ONU. Il est donc inexact d'assimiler «politiques relatives aux droits de l'homme» à la mise en œuvre du système des Nations Unies.
Principes directeurs, comme le fait le promoteur.

Cet argument évite aussi le problème. La question n’est pas de savoir ce que d’autres entreprises ont jugé approprié pour leur entreprise.
entreprises. La question qui se pose est de savoir si une politique des droits de l’homme fondée sur les principes directeurs de l’ONU accroîtrait la valeur pour les actionnaires et profiterait aux clients, aux fournisseurs et aux autres parties prenantes de la société, au-delà de ce qu’elle accomplit déjà.
politiques et programmes suffisants pour compenser le risque de devoir remédier à tous les «dommages sociétaux» possibles (et pas seulement réels). Notre déclaration d'opposition initiale explique pourquoi la simple conviction du promoteur en de tels avantages ne l'emporte pas sur
les risques substantiels.

Argument du promoteur

Microsoft, Hershey, Shell, Coca Cola et Adidas ont adopté des politiques relatives aux droits de l'homme et mis en place des processus de diligence raisonnable en matière de droits de l'homme conformes à l'ONU.
Des principes directeurs.

Ce que les actionnaires devraient savoir

Une bonne gouvernance d'entreprise ne repose pas nécessairement sur ce que font les autres entreprises. Certaines des plus grandes entreprises du monde, qui exercent leurs activités entièrement
différentes industries, et qui opèrent dans des pays sous-développés du monde entier, ont adopté ces politiques, ce qui n’est pas pertinent pour les activités d’AOBC basées en grande partie aux États-Unis.

1

intemporel, le parasol est une solution d’ombrage qui ne connaît pas la crise. Il se répartit en différentes formes et en différents modèles, mais la satisfaction est encore au rendez-vous. Avec les très beaux jours qui arrivent, il est légitime de vouloir se courber sur les différents critères du parasol, pour pouvoir bénéficier au mieux de votre terrasse ou de votre jardin. Ce petit guide a donc la vocation de vous guider et de vous renseigner sur les différents éléments à prendre en compte pour correctement choisir votre parasol.