Petit bonheurs choisis – Semaine 38

25th septembre 2016

Cette semaine j’ai eu le cœur gros tous les matins car Mini pleurait pour ne pas aller à la crèche alors que les deux premières semaines elle y allait avec la banane. Heureusement, il y a eu des petits bonheurs pour me faire oublier ces matins difficiles.

1. Aller à une réunion sur les couveuses d’entreprise – 2.  Tomber, par hasard sur un grand Monop à Grasse, c’est bien un truc qui me manque depuis qu’on a quitté Paris – 3. Installer Mini sur le plan de travail à côté de moi et « papoter » tout en cuisinant (quelle bavarde) – 4. Faire rire petit M aux éclats en lui parlant italien ou en lui faisant des chatouilles – 5. Manger de très bon sushi en tête à tête, dans le canapé, un soir où j’étais épuisée – 6. Changer de couleur de cheveux pour l’automne et me faire une manucure au passage – 7. Aller donner des graines aux canards après la crèche et profiter du soleil de fin de journée – 8. Accompagner Mini à son premier cours de babygymbabygym

etang-mougins

cuisine

Chez nous : leur lit de petit bébé

22nd septembre 2016

Aujourd’hui, j’aimerais partager un peu de chez nous avec vous. Voici un objet auquel je tiens beaucoup. Le berceau Bonpoint dans lequel mes bébés ont passé leurs premières nuits à la maison. Cette merveille est un lit de famille, Mini et Petit M sont les deuxième et troisième bébés à y avoir dormi. C’est, en effet, le lit  de leur cousine Romy.

En plus d’être très joli, il est pratique. Il se déhousse en un clin d’œil et est lavable en machine. Ses roulettes permettent de le déplacer aisément dans les différentes pièces de l’appartement et il est léger. La plupart du temps, il est collé à mon côté du lit. Garni du Cocoonababy, il a la hauteur parfaite : je n’ai qu’à tendre le bras pour caresser mon bébé.

Quand les tétées de nuit s’espaceront, Petit M ira dans sa chambre, dans son lit à barreaux. Il faudra alors ranger le petit lit. C’est une étape à franchir qui nous rappelle que notre dernier bébé n’est déjà plus si petit. J’en ai le cœur serré. Pour Mini, c’était différent, je n’avais pas eu trop de mal à le redescendre à la cave car je savais qu’on s’en resservirait. Cette fois, il y a comme un goût d’adieu.

berceau-bonpoint2

berceau-bonpoint5

berceau-bonpoint3

berceau-bonpoint

berceau-bonpoint4

Quelle grande sœur est-elle ?

20th septembre 2016

Cela fait un peu plus de trois mois que Mini est grande sœur. On me demande régulièrement comment ça se passe entre elle et Petit M. Hé bien, entre eux, ça se passe à merveille! Comme Mini le dit si bien : c’est l’amour fou (ou « L’amou frou« ). Attention, je ne dis pas qu’elle n’est pas jalouse, la jalousie me semble d’ailleurs inévitable. Mais, si elle a du mal à partager ses parents, nous sommes les seuls à en pâtir, elle ne le fait jamais payer à son petit frère, elle l’aime beaucoup trop pour ça. Leur rencontre a donné le tempo de leur relation.

Chaque jour, je prends note de tout ce que je trouve touchant ou drôle. Ces notes griffonnées à la va vite me permettent de dresser un portrait de Mini dans son nouveau rôle.

C’est une grande sœur protectrice. Les premières semaines, Mini était un vrai chien de garde. Mis à part papa et maman, rares étaient les personnes qui avaient le droit de prendre son petit frère dans les bras. Et, gare à celui qui approchait la poussette quand Petit M y dormait. Je la vois encore agresser une cliente du salon de son papa : « Non, chuuut, dodo bébé! Chuuut!« . Elle s’est un peu calmée et accepte désormais que Petit M aille de bras en bras mais ça reste SON bébé.

C’est une grande sœur maternelle. Mini veut sans cesse porter et embrasser son frère (sur la bouche, les joues, le front, les pieds, etc.). Il faut voir comme elle est fière quand on les installe tous les deux dans le canapé. Si elle finit par nous le rendre, c’est seulement parce que « Est lourd, est lourd Marcello« . Elle court vers lui dès qu’elle l’aperçoit le matin ou au retour de la crèche : « Coucou toi! Coucou bébé! » . Elle lui dit « Gâté bébé, gâté » pour lui faire un calin. Quand elle part la matin, son papa lui dit « Va dire au revoir à maman » mais si je suis avec Petit M, elle embrasse son frère et m’oublie.

C’est une grande sœur attentionnée. Mini réconforte son petit frère quand il pleure (« Pieur pas bébé, je suis là« ), elle le berce, lui apporte une couverture/sa tutute/son arche de jeux/son doudou ou, même, lui prête le sien! Elle s’inquiète s’il n’est pas attaché dans son transat « Attacher bébé maman« . Elle prend l’initiative de lui essuyer la bouche s’il bave (avec le torchon de sa mini cuisine) et elle vient me dire quand il a des « Cacas de nez dans les yeux » pour que je lui nettoie. Elle lui fait des bisous sur son « bobo » (son angiome). Quand elle n’avait pas encore compris que son frère ne pouvait que boire du lait, elle avait cassé sa Cracotte en deux pour lui en donner un morceau.

C’est une grande sœur démonstrative. Elle lui dit je t’aime et lui donne des petits surnoms affectueux (« Je t’aime mon coeur/mon frère/Marcello/chéri« ). Elle lui dit « T’es beau bébé » ou « Trop mignon toi Marcello« . Quand elle lui parle, elle prend une petite voix qui me fait complètement craquer.

C’est une grande sœur rigolote. Elle aime lui voler son nez, lui faire des prouts de bouche sur le ventre et des guiliguilis. Son  nouveau passe temps, c’est faire sourire son petit frère « [Tu] me souris bébé?« . S’il sourit, elle rit aux éclats.

C’est une grande sœur impliquée. Mini aime apprendre des choses à son petit frère :  elle lui apprend à applaudir (avec les mains et avec les pieds), à faire tope-la, à chanter dans le micro, etc. Elle est fière de lui montrer ce qu’elle fait « Regarde bébé, regarde bébé balançoi[re] moi« , « A pris ma douche bébé« . Elle l’aide à finir son biberon de complément (elle le boit pour lui…) et lui fait Tralala (la chanson pour le féliciter). Elle joue avec lui à la marchande « Tenez un sous Monsieur« . Elle défend ses affaires « A mon frère ça« . Elle veut lui donner le biberon et réclame pour prendre son bain avec lui.

C’est une grande sœur parfois un peu chipie. Il arrive que Mini nargue son petit frère avec un « Désolée Marcello, fais gâtée à maman moi » ou un « [c’est] Mon papa bébé, [c’est]ma maman bébé!« .

Bien souvent elle fait des crises quand j’ai son frère dans les bras ou que je lui donne le sein « A braaaaaas mamaaaaan, à braaaaaas« . Son frère prend beaucoup de place mais elle ne voudrait pas s’en séparer. A la fin des vacances, on lui a demandé « On laisse Marcello chez Nanou?« . Elle nous a répondu « Non, l’amou frou, à Mougins Marcello, fait dodo à ma maison Marcello« .  Quand elle a un coup de blues à la crèche, elle  ne réclame pas papa et maman mais papa, maman et Marcello. Quand je lui dis qu’elle ira bientôt à la montagne avec papa et maman (et non pas avec ses grands-parents comme cet été), elle ajoute immédiatement « Et Marcello maman!« . Bref, il fait partie intégrante de sa famille.

C’est le genre de grande sœur qui me fait dire que la plus belle chose au monde ce n’est pas d’avoir un enfant mais c’est d’en avoir deux et de les voir grandir ensemble. Chaque jour, je m’émeus de voir naitre leur complicité. Il parait que cela risque de se gâcher quand Petit M sera sur pieds et qu’il empiètera sur le territoire de Mini. On verra. D’ici là, je profite de ces effusions d’amour qui me font oublier les crises de Mini.

Qui sait, je vais peut-être donner envie à certaines de faire un petit deuxième?

Petit bonheurs choisis -Semaine 37

17th septembre 2016

1. Sentir l’odeur de pluie d’été (une de mes odeurs préférées, trop rare ici)- 2. Emmener Mini voir les poule, son obsession du moment – 3. Souhaiter un joyeux moisiversaire à Petit M et fêter nos 3 mois d’allaitement (je m’accroche tant bien que mal) – 4. Faire souffler les bougies à Mini et l’entendre chanter « joyeux anniversaire papa » – 5. Regarder mon Amour aider Mini à la pêche aux canards – 6. Défaire les derniers cartons et mettre de l’ordre dans le salon – 7. Faire découvrir à Mini les bisous de cils qu’elle a baptisé « les abeilles » et qui la font rire aux éclats – 8. Dormir tous les quatre ensemble à cause de l’orage.

derniers-cartons

marcello-3mois

les-cocos

peche-canards

Petits bonheurs choisis – Semaine 36

10th septembre 2016

1. Conduire Mini à la crèche avec un peu d’appréhension et constater en fin de semaine qu’elle est comme un poisson dans l’eau – 2. Rire à ses mots d’enfant : Moi « tu m’épates ma chérie » Mini « mais non maman pas mangé des pâtes moi! » – 3. Passer une aprèm avec mes deux loulous sans crier (un exploit) – 4. Entendre mini dire je t’aime à son frère 5 fois d’affilée – 5. Et avoir droit à un « je t’aime maman chérie » au coucher (ça me fait presque oublier qu’ensuite elle a crisé au point de se faire vomir…) – 6. Aller au parc avec Mini et Petit M en écharpe et m’en sortir – 7. Voir naitre leur complicité.

rentreeparccomplicitecomplicite2

La rencontre

7th septembre 2016

Le 13 juin dernier, Dali et Marcello se sont rencontrés pour la toute première fois. C’est sans aucun doute la plus belle rencontre dont j’ai été témoin. Ils ne s’en souviendront pas mais je serai là pour leur raconter.

lit-maternité

***

C’est un lundi après-midi, à la maternité de l’Archet 2, à Nice. Il fait étouffant. J’ai hâte et peur à la fois. J’ai lu des témoignages de mamans dont la relation avec leur aîné a changé à jamais à l’arrivée du petit frère ou de la petite sœur. J’ai besoin d’être rassurée. Dali me manque terriblement, je suis séparée d’elle depuis le mardi 7 juin au matin, date à laquelle j’ai perdu les eaux. Marcello est né le 10 juin à minuit mais Dali n’a pas pu nous rendre visite avant ce lundi car elle a fait de la fièvre le jour de la naissance et le docteur a vivement déconseillé qu’elle vienne à la maternité.

Mon mari m’appelle, ils sont en route. Tant bien que mal, j’essaie de me faire belle. Je suis fébrile comme avant un premier rendez-vous.  Je descends à leur rencontre dans le hall de l’hôpital. Dali me court dans les bras. Quel bonheur d’enfouir mon nez dans son cou. Je pleure d’émotion, ça promet pour la suite. Je lui dis que je l’aime et qu’elle m’a énormément manqué puis on lui propose d’aller voir bébé. Elle est très enthousiaste. Il faut croire que je ne vais pas assez vite à son goût car dans le couloir qui mène à la chambre 2271, elle me crie « Cou(rs) maman cou(rs) maman! » tout en sautillant.

Dali entre alors dans la chambre et cherche son frère. Je pointe du doigt le petit lit. Elle s’écrie « Bébé, Bébé ! Bisou, bisou !« . Mon mari la prend dans ses bras, moi je prends  Marcello et je le porte à sa hauteur. Elle l’embrasse, le serre contre elle un peu brusquement et se met à rire si fort que ses deux grands-mères, restées sur le pas de la porte, pensent qu’elle pleure. C’est un moment suspendu. Tellement intense. Inoubliable. Il est interrompu par Dali qui a vu la sucette de son frère et veut à tout prix lui mettre en bouche. Elle s’écrie ensuite « Oui-Oui, Oui-Oui!« . J’étais sûre que le lit allait lui plaire, c’est la première chose que je me suis dit en le voyant (non, en fait, c’est la deuxième, j’ai d’abord pensé « Qu’est-ce que c’est moche ce dessin!« ).

Les grands-mères nous rejoignent. Vient le moment des cadeaux. Marcello offre une poupée Corolle à sa soeur. Dali, elle, n’offre rien à son frère. On a complètement zappé. Je m’en veux un peu mais je me dis que si on avait acheté quelque chose, elle aurait probablement refusé de s’en séparer (elle est dans sa phase « A moi, à moi!« ). Dali reçoit aussi des cadeaux de ma maman. Elle s’entraine à défaire les emballages, dans trois jours c’est son anniversaire!

Mon grand bébé ne veut plus me lâcher, elle me suit aux toilettes. Elle voit ma cicatrice et s’exclame « Oh bobo maman! » d’un air désolé. Je lui explique que je ne pourrai plus la prendre à bras tant que le bobo ne sera pas guéri. C’est un déchirement mais, la seconde d’après, elle me redonne le sourire : à la vue de ma culotte filet et de ma protection hygiénique elle me dit  d’un air étonné « Couche , maman? Moi aussi couche ! » en me montrant sa couche.  Elle enchaine avec un « Encore bébé, maman? » en posant son doigt sur mon ventre encore bien gonflé. C’est la deuxième fois de la journée qu’on me croit enceinte, un gars dans l’ascenseur m’a demandé quand est-ce que je devais accoucher!

Je donne le sein à Marcello et Dali enlève sa robe pour faire comme maman en donnant le sein à son bébé Corolle. Ca fait rire tout le monde. Je suis soulagée car je redoutais de donner le sein en sa présence. Dali ne tarde pas à se montrer jalouse : son papa prend Marcello dans ses bras et ça ne lui plait pas du tout. Il propose de la prendre elle aussi et la jalousie s’envole. C’est émouvant de les voir tous les trois. Elle vient ensuite boire son biberon de lait dans mes bras (hé oui notre grand bébé boit encore un biberon au goûter). C’est le début du chacun son tour!

Il est l’heure de rentrer mais Dali ne veut pas me quitter. Elle change rapidement d’avis quand on lui promet d’acheter un petit paquet de chips dans le hall de l’hôpital. C’est une idée de ma maman, une idée brillante, j’aurais tout donné pour que Dali parte sans pleurer! Ils s’en vont tous, moi je pleure mon trop plein d’émotions. Je suis vidée du peu d’énergie qu’il me restait. J’ai mille et une craintes : comment vais-je m’en sortir avec deux bébés, comment vais-je pouvoir accorder à chacun d’eux l’attention dont ils ont besoin?

***

Petits bonheurs choisis – Semaines 34 et 35

4th septembre 2016

Presque deux semaines passée en Belgique. J’espérais du frais, c’est raté (mise à part une journée de fraicheur). Qu’importe, c’était un bonheur de passer du temps avec les enfants et ma famille. Ils ont le grand bleu chez leurs grands-parents paternels et le grand vert chez leurs grands-parents maternels. C’était de très chouettes vacances.

Semaine 34

1. Retrouver Mini après une semaine loin de moi – 2. Lui faire redécouvrir la maison, le jardin et les jouets de mon enfance – 3. Partager quelques bonnes tétées avec Petit M alors que j’allais tout abandonner – 4. Regarder Mini découvrir la nature : dompter les sauterelles, faire danser les araignées, chatouiller les antennes des escargots, nourrir les biquettes, etc. – 5. Prendre un cours de couture avec ma grande sœur – 6. Présenter Petit M à son arrière grand-mère – 7. Faire des siestes et passer du temps à rien faire.

Semaine 35

1. M’étonner encore et encore des phrases de Mini, de mieux en mieux construites – 2. Passer un peu de temps avec mes amis les plus proches – 3. Manger des frites (3 fois) – 4. Regarder tomber la pluie – 5. Coordonner les sweats de mes loulous – 6. Faire rire Petit M cinq fois d’affilée et immortaliser quelques uns de ses éclats de rire – 7. Rire aux pitreries de Mini (« Allô les pompiers, désolée, la maison qui brûle! ») qui font oublier ses crises pourtant mémorables.

parapluie

photo 4 (1)

biquettes2

barboteuse-nuages

biquettes

sweats-coordonnés

Petits bonheurs choisis – Semaines 32 et 33

19th août 2016

Semaine 32

1. Diner au food truck du village de Mougins avec ma sœur & Cie et profiter d’un concert de jazz – 2. Danser avec mes amours et ma nièce – 3. Pique-niquer sur la plage sous un ciel barbe à papa – 4. Entendre Mini dire à son frère « T’es beau mon bébé » – 5. Et l’entendre me dire « T’es belle maman » deux fois sur la même journée – 6. M’offrir le luxe d’une baby-sitter pour m’aider avec les enfants pendant 4 jours – 7. Etre rassurée par la pédiatre sur la prise de poids de Petit M malgré les mauvaises tétées – 8. Faire du cododo.

Semaine 33

1. Me faire offrir une petite fleur par Mini – 2. Accueillir mes parents  – 3. Leur laisser Mini pour une semaine à la montagne et prendre du temps pour moi, pour nous – 4. Diner au resto avec mes deux hommes, encore – 5. Aller au BBQ annuel de notre copine Céline et avoir l’impression d’être en vacances (un seul bébé ça nous parait easy maintenant) – 6. Mettre de l’ordre dans mes carnets et rire des mots d’enfant de Mini – 7. Recevoir chaque jour des photos et videos d’elle pour combler le manque.

ciel-piquenique

dali-montagne (2)

jazz

fleur-dalijazz2

baby-boy

Allaitement : ma revanche ?

8th août 2016

Il y a quelques semaines, j’hésitais à allaiter. Je craignais d’essuyer un nouvel échec. Jusqu’au bout, je me suis dit « on verra » mais, quand on a posé Petit M dans mes bras, je n’ai même pas réfléchi : l’envie d’allaiter était viscérale.

Après six semaines d’allaitement, une mastite guérie et une belle prise de poids pour Petit M, je pensais que c’était rodé. J’espérais l’allaiter jusqu’à ses six mois. Rien n’est moins sûr. Depuis plus de quinze jours, il tète très mal et je suis obligée de le complémenter. Plus le temps passe et plus c’est compliqué. Je sens que la fin de l’allaitement est proche et ça m’attriste beaucoup. Ces photos souvenirs me donnent un peu de baume au cœur.

Bienvenue-Marcello-030

Bienvenue-Marcello-032

Bienvenue-Marcello-026